Des nouvelles du rollier…

Par Mélanie Dasse

Rollier

Baguage d’un Rollier d’Europe adulte le 20 juin dernier

Les cigales commencent à chanter, le soleil et la chaleur sont au rendez-vous, et depuis deux semaines déjà les poussins des rolliers d’Europe pointent le bout de leurs becs … l’été est bien là !

Le rollier d’Europe est une espèce d’oiseau cavernicole incapable de creuser son propre nid. Lors de son arrivée sur son site de nidification au printemps, il se met donc à la recherche de cavités naturelles creusées par les pics afin d’y pondre ses œufs. Dans la vallée des Baux, nous retrouvons ces cavités principalement dans les troncs des peupliers blancs peuplant les ripisylves. La stabilité des populations de rolliers, dépend donc du nombre de sites de nidification présents. C’est pour cette raison que des nichoirs ont été posés dans la vallée en 2001, afin d’augmenter le nombre de sites de nidification possibles et ainsi de lutter contre la disparition des cavités naturelles liée à la mort des vieux arbres ou encore à l’arrachage des haies. La pose des nichoirs permet également de baguer les adultes et les jeunes, et donc de suivre au mieux les populations.

Cette année 2016, dans la vallée des Baux, 35% des nichoirs installés par A Rocha France sont occupés par des rolliers et neuf cavités naturelles occupées ont également été trouvées. Il reste cependant des cavités naturelles encore non connues, susceptibles d’accueillir des couples de rolliers. Cette recherche va s’effectuer pendant encore un mois, et sera facilitée par les allers-retours effectués par les rolliers entre leurs sites de chasse et leurs sites de nidification durant le nourrissage des jeunes.

En plus de la recherche des cavités naturelles, une étude sur la comparaison des conditions microclimatiques entre les cavités naturelles et les nichoirs est menée ; le but étant de voir si la température et ses variations, entre les sites de nidification naturels et artificiels, sont sensiblement identiques ou très différentes. Les résultats pourront amener à repenser la structure des nichoirs, leur exposition ou encore leur isolement thermique afin de se rapprocher au mieux de la température des sites de nidification naturels.

Cette étude sur les conditions thermiques est soutenue par la fondation Nature & Découvertes.

n&d

Rolliers et lézards vus du ciel 22nd juin 2018
Prendre soin de la création au Liban 6th juin 2018
Latest news
La raréfaction de la vie 31st mai 2018
L’œuvre de ses doigts 21st mai 2018