Quand les oiseaux se sentent bien dans nos jardins

A Rocha et les oiseaux, c’est une longue histoire, non ?

C’est vrai que nous avons choisi d’aborder ce thème des oiseaux parce qu’en période d’hiver, nos petits gestes comptent, et aussi parce qu’à A Rocha, les oiseaux, c’est un petit peu notre 1er amour ! En effet, A Rocha fut créé en 1983 par un pasteur anglican, Peter Harris, qui était aussi un ornithologue passionné ! Et dans tous les projets A Rocha dans le monde, de nombreux suivis d’espèces d’oiseaux existent : ici dans notre centre à Arles, on réalise le suivi des rapaces, et en période migratoire, celui du rollier d’Europe ou encore les dortoirs d’hirondelles ! Ici à A Rocha, on est persuadés qu’on a bien des choses à apprendre de la nature, et des oiseaux en particulier !

Est-ce que le rôle de nos jardins pour favoriser les oiseaux est plus important aujourd’hui qu’avant ?

Indéniablement oui ! Les choses évoluent de telle sorte qu’aujourd’hui les espaces naturels ont tendance à rétrécir, et du coup, même à petite échelle, nos jardins peuvent jouer le rôle de réserves en miniature qui, mises bout à bout couvrent de vastes espaces où de nombreuses espèces animales ont la possibilité de mener une vie proche d’une existence naturelle. Donc, ne négligez pas le rôle de votre jardin, aussi petit soit-il !! D’autant plus que les oiseaux sont de vrais alliés, puisqu’ils se nourrissent d’insectes nuisibles ; ils peuvent ainsi par exemple débarrasser les rosiers de pucerons !

Que faut-il faire pour que nos jardins jouent leur rôle de mini-réserve pour les oiseaux ?

C’est évident que les caractéristiques de notre jardin comme son ensoleillement, la présence de baies et de fleurs, l’existence d’un point d’eau etc. découlent directement de ce que nous choisissons d’y planter, où et dépendent aussi de notre faculté d’observation ! En effet, si j’observe un nid dans un arbre que j’avais décidé de couper, je peux me raviser et reporter alors à l’année prochaine pour ne pas mettre en péril la famille installée pour l’hiver… Et gare aux animaux domestiques, en particulier les chats ! Le choix de favoriser les oiseaux doit évidemment intégrer cet élément qui peut vite devenir une menace. Bien distinguer les lieux où évolueront les deux espèces évitera tout carnage !

Donc si vous deviez retenir une chose, c’est l’importance d’observer ce qui se passe dans votre jardin : quels oiseaux y passent, s’y nourrissent et où… et les changements que vous pourrez ainsi relever d’une année sur l’autre. Quand il s’agit de la nature, on est trop souvent pressé d’agir, d’être dans le concret, car on a l’impression qu’observer c’est de l’oisiveté ; mais je pense que ça permet d’éviter des erreurs, ça fait donc gagner du temps, et ça permet une action bien plus pertinente.

Est-ce en hiver que nous pouvons le plus venir en aide aux oiseaux ?

L’hiver peut en effet être une saison difficile à traverser pour les oiseaux ; ainsi, ceux qui fréquentent nos mangeoires s’en tirent mieux que ceux qui sont trop farouches pour s’en approcher ou ceux qui sont incapables d’apprendre à tirer profit de nos jardins. A l’arrivée du gel et de la neige, encore plus d’oiseaux en quête de nourriture sont poussés vers les jardins.

Quelques conseils

Un jardin, c’est avant tout une histoire de plantation : préférez les végétaux indigènes qui attireront plus les oiseaux que les végétaux exotiques. Pensez aux baies qui raviront bon nombre d’oiseaux et que produiront les sureaux, amélanchiers, genévriers etc.

N’oubliez pas non plus que les pesticides et les oiseaux ne font pas bon ménage, car naturels ou chimiques, ils perturbent leur équilibre écologique… les insecticides notamment, tuent la principale source de nourriture des oiseaux !

Bien sûr, les mangeoires installées uniquement à la saison froide seront bien appréciées ; et pour les graines à utiliser, nous au jardin des Tourades, nous avons opté pour le tournesol noir, économique et facile à trouver, et bien sûr attirant de nombreux oiseaux (chardonnerets, mésanges, sitelles…) ! Mais vous pouvez aussi varier votre nourriture ou maintenir plusieurs postes d’alimentation avec une nourriture différente, qui permettra également d’attirer différentes espèces : la tourterelle raffole de fruits, quant au chardonneret il se régale du chardon ! Et en plaçant une mangeoire près de la fenêtre de votre cuisine vous permettra de mieux observer les oiseaux et de vous en rapprocher !

Rolliers et lézards vus du ciel 22nd juin 2018
Prendre soin de la création au Liban 6th juin 2018
Latest news
La raréfaction de la vie 31st mai 2018
L’œuvre de ses doigts 21st mai 2018