Des suivis à long terme

…pour pouvoir observer et comprendre l’évolution de la biodiversité

En cette période hivernale, le travail scientifique de connaissance et de conservation de la nature est réduit tout comme l’activité de la faune et de la flore. Cependant, nous continuons plusieurs suivis dans la vallée des Baux, qui ont la particularité d’être des suivis à long terme.

Le comptage mensuel des oiseaux d’eau

Tous les mois depuis 2007, nos bénévoles et stagiaires, encadrés par notre responsable scientifique, dénombrent les oiseaux d’eau présents sur l’ensemble des zones humides de la vallée des Baux. Il s’agit essentiellement de 4 sites : le marais de Beauchamp, l’étang de la Gravière, le marais de l’Ilon et celui des quatre platanes. Ces marais accueillent encore de très nombreux oiseaux d’eau, parfois plusieurs milliers de foulques, canards, hérons ou flamants roses. Le dénombrement s’effectue chaque mois aux mêmes endroits et selon le même protocole, ce qui permet de comparer les chiffres mois après mois et année après année. Les résultats sont particulièrement intéressants, puisqu’ils nous ont permis par exemple de découvrir la reproduction de l’oie cendrée et du héron pourpré dans la vallée des Baux, de constater la régression du nombre de canards hivernants sur le marais de l’Ilon, ou encore de voir apparaître de nouvelles espèces telles que la Sterne hansel ou l’Ibis falcinelle. Plus important et aussi plus alarmant, nous avons pu constater grâce à ces suivis la dégradation de zones humides telles que les marais de Figueirolle ou ceux des Quatre platanes.

      Ce suivi permet donc une véritable veille écologique sur ce territoire.

Le baguage des oiseaux hivernants sur le site des Tourades

En profitant des mangeoires disponibles pour les oiseaux sur le site qui attirent verdiers, pinsons, mésanges et chardonnerets, nous réalisons une ou deux séances de capture chaque mois de novembre à février, depuis 2013. Cela nous permet de connaître les espèces présentes mais aussi la fidélité des oiseaux, car nombreux sont les oiseaux que nous re-capturons d’un mois à l’autre, voire d’une année à l’autre ! Nous détectons également les épisodes hivernaux dits « d’invasion » de certaines espèces, telles que les mésanges bleues qui peuvent pulluler certains hivers en Provence, en fonction notamment du climat plus au Nord de l’Europe ! De plus, ces données sont centralisées au niveau national par le Museum National d’Histoire Naturelle, qui peut ensuite les utiliser pour connaître les tendances par espèce sur tout le territoire français.

 

 

 

 

 

 

Nous réalisons d’autres suivis à long terme le reste de l’année dans la vallée des Baux :

Suivi de la population de rolliers, suivi des reptiles, des libellules et des papillons, suivi de la migration des hirondelles. Les suivis à long terme sont très importants car eux seuls permettent de connaître les tendances des populations et ainsi savoir si telle ou telle espèce est menacée ou au contraire se porte mieux. Malheureusement, la plupart de ces suivis ne sont pas éligibles aux financements publics, qui privilégient largement les études ponctuelles.

Depuis près de 20 ans,  ce sont uniquement vos dons qui ont permis à A Rocha France de contribuer ainsi à une meilleure connaissance et donc une meilleure conservation de la biodiversité. Merci pour votre soutien !

Événements 2019 12 février 2019
Soirée à Paris : Foi et écologie de l’idée à l’action 12 février 2019
Latest news
Terre en péril, Terre en partage 10 octobre 2018
Théologie du plastique 9 octobre 2018