Aux Tourades, dianes et tortues cistudes adoucissent le confinement

28 avril 2020

Diane (Zerynthia polyxena) – photo: Tamara Diaz Valera

Aux Tourades également le confinement a des conséquences inédites. La plupart des stages et volontariats sont suspendus, ce qui compromet malheureusement la poursuite d’un certain nombre de programmes d’étude et de conservation prévus ce printemps.

Cependant, nous parvenons à poursuivre certaines activités.

En effet, David et Jennifer, nos bénévoles anglais venus en renfort depuis juin 2019 ont décidé de prolonger leur séjour de quelques semaines et de vivre le confinement dans la Vallée des Baux ! Grâce à eux et à Tamara, notre volontaire européenne, nous maintenons notre présence sur place et pouvons poursuivre quelques suivis sur le terrain : suivi de la population de Diane du marais de l’Etroit (papillon protégé), ouverture des nichoirs à rollier, suivis des amphibiens (grenouilles et crapauds) et depuis quelques semaines, une nouvelle étude sur la tortue cistude dans la vallée des Baux !

Nous avons en effet reçu un financement de Natura 2000 pour localiser les populations de cette petite tortue d’eau rare et menacée, dans la Vallée des Baux. Au-delà des quelques marais où son activité est avérée de longue date comme le marais de l’Ilon, sa présence dans les propriétés privées de la vallée est largement méconnue bien qu’elle soit probable. C’est l’occasion pour nous de contacter (par téléphone, confinement oblige !) et de sensibiliser les propriétaires et agriculteurs de la vallée. Nous espérons aussi pouvoir déterminer dans quelle mesure les populations connues sont connectées entre elles, et le cas échéant proposer des solutions pour mieux les relier et pérenniser leur présence sur le long terme.

Tortue cistude (Emys orbicularis)- photo: Tamara Diaz Valera

Discrète, la cistude ne se laisse pas observer facilement, et nous n’allons pas nous ennuyer avec plus de 200km de canaux présents sur le secteur !

Tortues cistudes (Emys orbicularis)- photo: Tamara Diaz Valera

Les premiers suivis ont déjà réservé de belles surprises « ornithologiques », avec par exemple la rencontre, pour la première fois dans la vallée, de l’Elanion blanc (Elanus caeruleus), un petit rapace principalement de couleur blanche, de la taille d’un faucon mais avec les yeux rouges ! Il niche en Espagne et dans le Sud-Ouest de la France mais de plus en plus d’individus sont signalés autour du littoral méditerranéen. Viendrait-t-il nicher dans la vallée des Baux ? Affaire à suivre.

Nous sommes également toujours à la recherche de bénévoles pour prendre la relève de David et Jennifer dès que possible, une fois que la situation épidémique le permettra.  Toutes les infos sont ici. N’hésitez pas à faire circuler autour de vous !

Recherche service civique « Conservation Courmettes » 25 novembre 2020
A Rocha sur les ondes… 19 novembre 2020
Dernières nouvelles
Brèves… 28 septembre 2020
Une rentrée motivée! 28 septembre 2020